Comment recuperer l’hypothèque ?

19

Afin de se protéger en cas de défaillance d’un emprunteur, la banque prêteuse a toujours besoin de garanties financières, comme une hypothèque. Opérations, coûts, risques… tout ce que vous devez savoir sur la garantie hypothécaire.

A lire également : Comment renégocier ses contrats d'assurance ?

Hypothèque, comment ça marche ?

La garantie hypothécaire est le moyen légal par lequel la banque prêteuse peut se protéger contre le risque de défaut de l’emprunteur immobilier. Elle consiste à mettre en gage des biens appartenant à l’emprunteur. Il peut être effectué sur la propriété directement touchée par le prêt accordé, ou sur tout autre bien appartenant à l’emprunteur. Dans certains cas, les hypothèques peuvent affecter plus d’un bien.

Si l’emprunteur ne peut plus faire face à ses remboursements, l’agence de crédit (la banque) a promis la possibilité de faire confisquer les biens et le vend pour récupérer le capital de prêt. La saisie n’excède pas la valeur des biens en question et n’affecte pas les revenus ou autres actifs de l’emprunteur. La garantie hypothécaire est écrite sous la forme d’un acte réel devant un notaire et est enregistrée auprès de l’Office de publicité du Land.

A lire également : Quel salaire pour pouvoir emprunter 130 000 euros ?

Il est à noter que la banque peut être une garantie hypothécaire si elle peut choisir la garantie souhaitée par elle (garantie, hypothèque…) si elle considère que le prêt est trop risqué.

Quel est le coût d’une hypothèque ?

Lors de la signature de l’ acte notarié , l’emprunteur immobilier doit payer une redevance hypothécaire, qui est ensuite (partiellement) payée par le notaire au service de la promotion des terres et au Trésor public. Les frais hypothécaires sont calculés en fonction du montant du prêt garanti par l’hypothèque et représentent environ 1,5 -2% de cela.

Ces honoraires comprennent la taxe sur la publicité immobilière (environ 0,7% du prêt), les débours, la contribution à la garantie de base (0,10% du prix de vente à un minimum de 15€), les honoraires de notaire, le coût de la recherche de pays hypothécaires et 20% de TVA.

En ce qui concerne les gains, notez que le notaire ne peut pas librement fixer ses honoraires, il doit suivre une échelle immédiatement déterminée par l’Etat. Ainsi, la rémunération représente 1,333% d’un prêt compris entre 0 et 6 500 EUR, 0,55 % d’un prêt compris entre 6 501 et 17 000 EUR, 0,366 % d’un prêt de 17 001 EUR et 30 000 EUR, et 0,275 % d’un prêt de 30 001 EUR.

Bon à savoir

En décidant de l’hypothèque pour assurer son prêt immobilier, l’emprunteur assume le risque de perdre sa propriété en cas de condition dans le paiement de ses mensualités.

Quels sont les risques de l’hypothèque ?

L’ hypothèque est une garantie avantageuse tant pour la banque prêteuse que pour l’emprunteur. Il permet à l’emprunteur d’obtenir un prêt immobilier sans avoir à effectuer des étapes trop compliquées. Contrairement à un prêt immobilier garanti par une garantie, l’emprunteur court le risque de vendre sa propriété en vertu d’un prêt assorti d’une garantie hypothécaire s’il ne respecte pas ses obligations.

En cas de défaut, les biens en question sont confisqués et vendus pour rembourser le reste du capital. L’emprunteur doit donc toujours compter sur cette possibilité. Comme on peut le voir ci-dessus, l’hypothèque a également un certain coût pour l’emprunteur. Le montant à payer est de 2 % du montant du prêt.

Un autre risque est que l’emprunteur continuera à payer pour une dette à la banque est redevable si le prêt dépasse la valeur de l’hypothèque à la valeur de l’hypothèque, même après la vente du bien. Cependant, cela est rare, puisque la banque prêteuse doit généralement s’assurer que la marge hypothécaire est suffisante.

Comment augmenter une hypothèque ?

Pour annuler l’hypothèque sur sa propriété, l’emprunteur immobilier doit respecter la date limite de remboursement de son prêt. Théoriquement, une hypothèque prend fin automatiquement un an après la date d’échéance du dernier remboursement du prêt. Cependant, si le propriétaire vend sa propriété avant la fin du remboursement de son prêt ou s’il parvient à rembourser sa dette à l’avance, il peut demander à l’agence de crédit de procéder à la libération de sa propriété. l’hypothèque .

La personne doit continuer à payer les frais d’annulation ( Frais de libération). Ces frais dépendent de la valeur du prêt initial : ils représentent entre 0,7 % et 0,8 % de sa valeur. Ils comprennent les honoraires de notaire et la TVA, les cotisations de garantie immobilière, les frais d’enregistrement et les frais d’administration. Il convient de noter que la taxe de libération n’est pas payable par le débiteur (l’emprunteur immobilier) si elle survient plus d’un an après la fin du prêt.

Le prélèvement hypothécaire élimine l’inscription de l’hypothèque dans le dossier du service de promotion foncière.

Hypothèque Lifters : quel est le coût ?

La procédure de levée d’une hypothèque s’accompagne de coûts pour le débiteur, qui s’élèvent entre 0,7% et 0,8% du montant initial du prêt.

Vidéo :

vous pourriez aussi aimer