Comment fonctionne l’assurance d’un prêt immobilier ?

Dans le cadre d’un achat immobilier, beaucoup de gens utilisent un prêt immobilier pour le financer. Étant donné que les montants empruntés sont souvent importants et, malheureusement, personne n’est à l’abri du danger, les établissements de crédit protègent contre le risque en exigeant l’achat d’une « assurance emprunteur  » ou d’une assurance prêt immobilier . C’est obligatoire ? Qu’est-ce que cela se compose ? Quel organisme se tourner vers et comment enregistrer ? Ne cherchez pas plus loin, tout est expliqué dans cet article !

Assurance de prêt immobilier : à quoi sert ?

Protection de l’emprunteur et de l’organisation prêteuse

En général, et pour tout type de crédit (crédit à la consommation, prêt immobilier, etc.), l’assurance emprunteur est un contrat visant à assurer la solvabilité de la personne auprès des autorités prêteuses en cas de non-remboursement. En fait, personne n’est devant un malheureux accident dans la vie (décès, invalidité, perte d’emploi, etc.), ce qui pourrait rendre impossible le remboursement du prêt contracté. L’assurance emprunteur offre donc le remboursement des sommes restantes au prêteur sans préjudice de la famille ou des proches de l’assuré. Après tout, cette assurance est une garantie de sécurité du côté de l’emprunteur et du prêteur !

A lire aussi : Quels sont les produits d’assurance ?

Le quota d’assurance est la part du capital à assurer qui est couverte en cas de décès, d’invalidité ou d’incapacité du créancier. Dans la grande majorité des cas, les banques exigent que ce taux soit d’au moins 100 %, c’est-à-dire que tous les prêts sont couverts par une assurance. Nous verrons plus loin du fait que ce ratio peut varier en fonction du nombre de coemprunteurs.

Bon à savoir ! avant d’accepter votre demande de prêt. Vous avez juste besoin de connaître le montant du prêt, sa durée et le Pour soutenir votre projet immobilier en avec sérénité, il est conseillé de chercher l’assurance de votre emprunteur taux d’intérêt proposé.

A lire en complément : Comment renégocier ses contrats d'assurance ?

Assurer votre prêt immobilier : est-il obligatoire ?

Légalement, l’assurance de prêt immobilier n’est pas obligatoire. Cependant, en fait, il est presque impossible de contracter des prêts sans souscrire une telle assurance. C’est-à-dire que l’institution avec laquelle la demande de prêt est soumise ne peut pas vous obliger à souscrire une assurance-crédit, mais elle est entièrement en droit de vous refuser le prêt si vous ne le faites pas.

Quelles sont les garanties ?

L’ assurance crédit immobilier peut inclure plusieurs garanties. Chacun correspond aux risques qui peuvent survenir pendant la période d’assurance et donc en raison de la période d’assurance sont couverts.

Garantie de décès (DC) si l’achat est un immeuble locatif ou résidentiel, cette garantie DC est une garantie standard obligatoire Peu importe dans le contrat d’assurance emprunteur. En cas de décès de l’emprunteur, l’assureur remboursera la totalité du montant restant de l’organisme de crédit sur la base du quota assuré.
Garantie totale et irréversible de perte d’autonomie (PTIA) Tout comme la garantie précédente sera certainement présent dans le contrat d’assurance . PTIA est mentionné dans le cas où la personne assurée n’a pas activité de rémunération peut effectuer plus et nécessite l’aide d’un tiers pour des actes de la vie quotidienne, par exemple, à la suite d’un accident ou d’une maladie.
Garantie d’invalidité permanente et complète (IPT) La garantie IPT s’applique aux personnes qui ont perdu au moins 66 % de leur capacité à exercer leurs activités génératrices de revenus. Dans ce cas, la compagnie d’assurance remboursera le capital restant.
Incapacité temporaire de travail (ITT) La garantie ITT est exercée lorsque l’emprunteur n’est plus en mesure d’exercer son activité professionnelle à la suite d’un accident ou d’une maladie. Contrairement au concept de handicap (IPT), l’invalidité est temporaire, mais complète et doit être évaluée par un expert sera. Elle lui donne donc droit à une indemnité provisoire, qui prend fin dès que l’assuré pourra recouvrer sa capacité et reprendre le travail.
Garantie partielle d’invalidité permanente (IPP) Cette garantie facultative s’applique lorsque l’assuré n’a plus le droit d’exercer ses activités de rémunération de façon permanente. Pour pouvoir exercer la garantie IPP, la personne doit avoir un taux d’invalidité compris entre 33 % et 66 %. L’assurance remboursera ensuite partiellement les versements mensuels du prêt à l’agence de crédit.
Garantie de perte d’emploi (PE) Si l’assuré perd son lieu de travail, cette garantie peut être exercée si elle est mentionnée dans le contrat. L’assurance couvre alors réduire temporairement le coût d’emprunt pendant que l’emprunteur trouve un emploi. Tout comme la garantie IPP, elle est facultative .

Emprunt de deux : comment assurer le prêt ?

Si vous souscrire deux prêts (ou même plus), l’assurance-crédit est utilisée pour protéger les co-emprunteurs si l’un d’eux est en difficulté ou décède dans le cas le plus malheureux. Les garanties incluses dans le contrat d’assurance doivent donc correspondre au profil de risque de chaque individu.

Le quota d’assurance (= la part du capital à assurer qui est couverte) peut donc être réparti selon différentes configurations. En fait, il est souvent le cas que l’attribution du quota est basée sur le revenu de chaque co-emprunteur, ce qui leur permet de rembourser le prêt. Par conséquent, l’emprunteur, qui supporte la majeure partie du prêt à payer, reçoit le taux le plus élevé, de sorte que l’autre personne sera protégée en cas d’événement malheureux l’affectant.

Par exemple, si le montant du remboursement du prêt est le même pour les deux, leurs ratios d’assurance sont réglés à 50-50. Si l’un des deux co-emprunteurs se trouve dans une situation de perte totale et irréversible d’autonomie, la moitié de son propre prêt sera couvert par une assurance. L’autre coemprunteur doit continuer à rembourser sa part du prêt.

Bon à savoir ! L’établissement, dans la mesure du possible, d’un ratio de 100 % (appelé « taux de 200 % ») pour chaque coemprunteur est la formule la plus protectrice. Chaque partie est couverte, quoi qu’il arrive ; événement se produit pour l’une ou l’autre, tout le solde est couvert par une assurance.

Le coût de l’assurance d’un emprunteur

Si une banque offre une assurance de prêt immobilier associée à une offre de crédit, elle est appelée assurance collective . En effet, une institution bancaire coopère généralement avec son propre réseau d’assurance ou avec un réseau de partenaires pour couvrir les prêts accordés, regroupant ainsi les risques, fixant ainsi un prix lissé pour les différents profils d’emprunteurs.

Cependant, depuis 2010 et conformément à la loi Lagarde (loi n° 2010-737 du 1er juillet 2010), l’emprunteur a la possibilité de souscrire une assurance-crédit auprès d’une autre organisation, qui est l’institution prêteuse. Cela signifie que vous n’êtes pas obligé de choisir l’assurance offerte par la banque qui vous fournit le prêt et que vous avez le droit de payer le prêt. Prenez une assurance emprunteur de l’organisation de votre choix (par exemple, un assureur spécialisé) ; puis faites une soi-disant demande de déléguer votre prête. rsquo ; assurance .

Que vous receviez un crédit du Crédit Agricole, BNP Paribas ou Banque Postale, vous pouvez donc très bien contacter des compagnies d’assurance dites spécialisées telles que MAIF, Generali, AXA ou MGEN pour assurer votre prêt.

Attention : Votre banque aura besoin d’une assurance crédit souscrite pour répondre aux mêmes garanties (risques couverts, conditions, déductias…) que celle qu’elle vous a proposée en premier.

L’ importance de la concurrence et de la comparaison des offres

Ne vous arrêtez pas à la seule assurance emprunteur de votre banque est très important ! En fait, le coût de l’assurance d’un emprunteur peut être de 10 -30% du coût total d’une assurance de prêt Pour faire des prêts immobiliers… Par conséquent, il ne s’agit pas d’un chiffre de question à négliger, et il est donc important d’initier le mode Sherlock Holmes pour trouver une assurance-crédit au meilleur prix.

Pour cela, il existe des outils en ligne qui vous permettent de simuler et de comparer les différentes compagnies d’assurance-crédit sur le marché : Immobilier-Danger, Meilleurtaux.com… N’hésitez pas à soumettre les dossiers de réclamation d’assurance-crédit directement à plusieurs compagnies d’assurance pour obtenir les meilleurs prix.

Bon à savoir ! Parce que tout n’est pas toujours clair, depuis 2015 (article L311-4-1 du Code de la consommation) un indicateur obligatoire qui aide les emprunteurs à comparer le coût des différentes polices d’assurance emprunteur : le taux annuel effectif d’assurance (OCE). Il doit être inclus dans toutes les simulations d’assurance, que vous utilisiez s’adresser à votre banque ou à un assureur spécialisé. Il est également nécessaire de surveiller les détails des garanties (DC, IPT, PE…) qui y sont contenues. Un document vous est fourni avec toutes les informations nécessaires pour évaluer le coût total de l’assurance : le coût en euros par période (selon la périodicité de chaque contribution), le coût total de l’assurance en euros sur la durée totale du prêt et l’ECO. En particulier, l’ECEA indique le coût réel de votre future assurance prêt immobilier ; vous pouvez être sûr de faire votre choix !

Les 6 points à consigner dans le contrat d’assurance sont bien couverts

  • Le délai d’attente : il commence dès la signature de l’assurance. Cette période est égale à la période pendant laquelle l’emprunteur n’est pas couvert par l’assurance, mais l’emprunteur n’est pas couvert par l’assurance, mais le Les contributions payent toujours. Cette durée varie de 1 à 12 mois, selon l’organisation.
  • La période de franchise : Elle commence à la date de l’événement couvert par l’une des garanties d’assurance et représente une période sans compensation. Par exemple, après une perte d’emploi, puisque le contrat prévoit une franchise de 90 jours, l’assuré devra rembourser son crédit pour toute la période, et la compagnie d’assurance couvrira l’indemnité à partir du 91e jour. La durée varie en fonction de l’organisation et du type de garantie.
  • Restrictions sur les garanties  : L’assureur a la possibilité de couvrir l’emprunteur par âge, tabagisme, état de santé… Assurez-vous de vérifier attentivement ces restrictions !
  • Exclusions de garanties : C’est aussi un point qu’il ne faut pas négliger ! Par exemple, un assureur peut inclure pleinement dans le contrat le fait qu’en cas d’accident dans un état d’intoxication ou dans un pays dangereux, le solde ne sera pas remboursé. Vérifiez également les exclusions des garanties liées au sport (aussi en tant qu’amateur). Sachez que tout ce qui n’est pas explicitement mentionné dans les exclusions est couvert !
  • Les méthodes de soins : la méthode de compensation en cas d’événement prouvé doit être vérifiée ! Il peut s’agir d’une somme forfaitaire(l’assurance paie la totalité du paiement mensuel du prêt quelle que soit votre situation financière, selon votre part, si vous êtes un coemprunteur) ou une compensation (elle déduit tous les avantages reçus du paiement mensuel, comme le salaire ou les allocations. enfin, seulement l’ajout).
  • Limites : L’assureur peut se réserver le droit de : Fixer des limites pour certains critères. La période de remboursement des paiements mensuels peut donc être limitée ; un montant maximal peut être ajouté à chaque garantie et un montant total du contrat peut être fixé.

Comment le prix de l’assurance d’un emprunteur est-il calculé ?

Nous parlons des taux d’intérêt sur l’assurance de prêt immobilier. Il peut être calculé de deux façons différentes, en fonction de l’institution avec laquelle vous prenez emprunteurs d’assurance :

  • Pour l’assurance collective (par la banque offrant le prêt)  : Ce taux d’intérêt est calculé sur la base du montant initial emprunté, de sorte qu’il reste fixé sur toute la période de remboursement
  • Pour une délégation d’assurance (avec un assureur spécialisé)  : ce taux est calculé sur la base du capital restant dû, est renouvelé chaque année calcule et réduit ainsi les contributions de fourniture et de mesure des remboursements

Dans l’ensemble, l’âge de l’emprunteur, l’état de santé, les antécédents médicaux possibles, les risques possibles associés à son activité professionnelle, ainsi que le montant et la durée du prêt sont des facteurs qui sont directement pris en compte dans le calcul de l’assurance-crédit.

Trois grandes catégories de risque sont utilisées pour évaluer le profil d’un emprunteur et donc dans la définition de l’assurance prêt immobilier et de son prix :

  • Risque médical : Ce risque est lié à l’âge, aux antécédents médicaux, au tabagisme ou non…
  • Le risque d’activité et de loisirs : la pratique de sports risqués ou extrêmes,…
  • Risque professionnel : certaines opérations sont classées comme « à risque » par les assureurs (conducteurs de route, gendarmes, spectacle interrompu, Pharmacien…) Vous pouvez trouver la liste de ces métiers ici

Assurance maladie et crédit

Afin d’évaluer votre profil de santé et d’évaluer le (s) risque (s), la compagnie d’assurance vous demandera de remplir un relevé d’état de santé (ESD) . Poids, taille, interruptions possibles, traitements, examens médicaux… Il est fortement recommandé de répondre le plus honnêtement possible pour ce questionnaire, même si cela pourrait affecter le coût ou la délivrance de l’assurance ! En fait, il est interdit de cacher les problèmes de santé, même les omissions simples sont interdites. Pire encore, s’il y avait une perte associée à un problème médical caché, vous ne seriez pas couvert par l’assurance, ce qui entraînerait une rupture immédiate du contrat.

Dans le cas où vous avez un risque pour la santé aggravé (invalidité, maladie…) et votre état de santé ne vous permet pas d’obtenir une couverture d’assurance-crédit sans augmentation tarifaire ou exclusion de la garantie, il y a le contrat AERAS signé par les experts de la banque en 2007 et l’assurance, l’Etat et les associations de patients et de consommateurs. Cette dernière a été créée pour faciliter l’accès à l’assurance et donc à l’emprunt pour les personnes exposées à des risques sanitaires plus sévères et très graves.

Dans l’ensemble, cet accord prévoit un examen approfondi de trois niveaux de votre demande d’assurance : un premier niveau d’évaluation, appelé la « norme » (commun à tous les profils d’emprunteur), et une deuxième vérification si des risques plus rigoureux sont démontrés. En cas de refus d’assurance à ce stade, le dossier de l’emprunteur sera basé sur un a considéré le troisième niveau pour déterminer la couverture adéquate, mais une prime possible est limitée si le revenu de l’emprunteur est inférieur à un certain seuil.

vous pourriez aussi aimer